Petite randonnée près du Fitz Roy

Classé dans : 5_Argentine | 0

J223 – Lundi 29 Février

Cette fois, c’est la bonne, je pars pour randonner. Je voulais partir tôt et comme d’habitude, c’est un peu raté, mais l’avantage, c’est que Quentin passe à la Casa de Ciclista un peu par hasard et nous partons ensemble en direction de la Laguna Torre.

Le sentier est facile et sympa, on voit le Cerro Torre (3128m) qui se rapproche petit à petit, et 2h plus tard, nous sommes au pied de la lagune. On s’attendait à mieux car le glacier vient mourir dans la lagune, mais un éboulement a visiblement eu lieu il y a peu, et la glace est couleur roche, l’effet est donc assez moyen, mais bon, on fait un peu les difficiles, en vrai, c’est quand même très chouette.

DSC00248

DSC00253

DSC00261

 

Après avoir mangé, nous reprenons le chemin en sens inverse et quelques kilomètres plus tard, nos chemins se séparent. Quentin rentre à El Chalten alors que je prends le sentier de liaison pour récupérer le chemin du Fitz Roy.

Le sentier de liaison serpente dans la forêt pendant 8km, longeant au passage la Laguna Madre et la Laguna Hija. En cours de route, je rattrape Rein, une belge flamande, avec qui je fais route jusqu’au campement. Une fois les tentes montées, Rein entame l’ascension jusqu’à la Laguna de los Tres, au pied du Fitz Roy. De mon côté, je me réserve l’ascension pour demain matin car la journée a déjà été assez longue et me contente d’un petit détour vers le glacier des Piedras Blancas.

DSC00268

DSC00273

DSC00277

DSC00278

DSC00283

DSC00303

 

De retour au campement, je croise Kristell et Fabien qui reviennent de la Laguna de los Très et rentre à El Chalten.

 

 

J224 – Mardi 1er Mars

Quand tu campes au pied de la Laguna de los Très, LE truc à faire, c’est le lever de soleil sur le Fitz Roy. La lumière du soleil vient alors embraser les montagnes de superbes teintes orangées. C’est parait-il très beau et très impressionnant.

Comme je suis un peu feignant, j’avais prévu de faire l’impasse et d’y aller plus tard dans la matinée. Mais c’était sans compter sur l’absence totale de discrétion des autres campeurs qui se lèvent donc très bruyamment vers 5h20 (bah oui, si tu veux voir le lever de soleil sur une montagne, faut randonner de nuit donc de bonne heure). Du coup, après les avoir maudit eux et toute leur descendance sur une douzaine de générations, je me dis que maintenant que je suis réveillé, autant en profiter. Je m’habille donc chaudement et à 5h30, je suis en route.

Le chemin ne fait que 2km, mais est assez pentu puisqu’il monte de 400m au milieu d’un gros pierrier dans le dernier kilomètre. 50 minutes de marche à la frontale plus tard, me voici en haut. Il fait encore nuit, il fait un froid de canard et je suis trempé de sueur. D’autres plus prévoyants changent de t-shirt en haut, pas de chance, le mien est resté en ville…

Malgré l’obscurité, on devine bien que le sommet est dans les nuages et que le ciel est globalement très nuageux. L’affaire est plutôt mal engagée, tout cela pu l’arnaque. Nous resterons ainsi 1h30 à se geler les fesses au pied du Fitz Roy, de la Laguna de los Très et de son glacier, pour finalement pas grand-chose, les nuages ont gâché l’effet et le Fitz Roy est resté bien gris ce matin. C’est pas de chance, cela faisait 3 jours qu’il y avait un grand soleil. On repart tous donc un peu déçu et je regrette mes heures de sommeil perdues. Sur les photos, ça rend mieux qu’en vrai parceque j’ai utilisé une pause longue, mais à l’œil nu, le rougeoiement était quasiment imperceptible !

DSC00313

DSC00332

DSC00341

 

De retour à la tente, il est grand temps de prendre le petit déjeuner, de replier la tente et de rentrer à El Chalten. Comme hier, la rando est plutôt tranquille et on croise de tous les âges en chemin. Je fais un petit détour par la Laguna Capri et poursuit ma route. Le sentier à flanc de montagne offre une superbe vue sur toute la vallée par laquelle nous étions arrivés à El Chalten.

DSC00350

DSC00356

DSC00370

 

Je suis de retour en ville un peu vers midi, après 1 jour ½ de marche au lieu des 3 prévus. Je fais 1 ou 2 courses et croise Kristell et fabien à la banque, qui ne sont toujours pas partis et ne peuvent visiblement plus se passer de moi ^^

De retour à la Casa de Ciclista, il y a maintenant de la place pour planter la tente, malgré de nombreuses arrivées : Raymond, André, Loïc et Océane et aussi Alice et Benoit, mais ces derniers font bande à part car Charley, un ami les a rejoint pour quelques jours. Raymond, André, Loïc et Océane ont rassemblé les troupes et formé un groupe de 10 personnes. Ils partent demain pour 4 jours de randonnée. J’aurais bien été tenté de me joindre à eux, mais il faut savoir avancer. Je décline donc l’invitation d’être le 11ème larron et prépare mes petites affaires. J’en profite aussi pour nettoyer un peu le vélo, régler les freins …

Laissez un commentaire