Patate et Baños

Classé dans : 1_Equateur | 2

J18 – dimanche 19 Juillet : C’est parti pour Baños. En cours de route, je prévois de passer par Patate (se prononce Pataté), pour y goûter une spécialité locale,les arepas.

Je passerais ma journée à jouer aux montagnes russes, mais en vélo ! la sortie d’Ambato est toute en montée et après ça, dès que je descends 200m, c’est pour les remonter juste derrière … Y’a quand même quelques vrais descentes, mais trop peu à mon goût ^^

Avant Patate, je m’arrête à Pelileo car c’est la fête au village et que la rue est bloquée : un défilé, quelques chars, fanfares et danseurs … c’est sympa, mais beaucoup moins que la Mama Negra. Comme c’est midi, j’en profite pour manger une brochette que fait cuire une grosse dame sur un barbecue à roulettes, il y a un espèce de grosse saucisse knaki, du poivron, de la banane et du bœuf. La knaki reste de la knaki, mais le reste n’est pas mauvais.

C’est reparti, direction Patate, je profite d’une longue descente avant de galérer dans une toute aussi longue (enfin presque) montée. Je croise en route un grand cimetière. Ici, si la couleur du deuil est le noir (je crois), les cimetière sont tout blancs.

DSC00661

Patate est un petit village assez sympa, le traditionnel parc est convivial, il fait beau et les arepas sont plutôt bons. On dirait un genre de pain d’épices avec du fromage dedans, le tout enveloppé dans une feuille qui ressemble à une feuille de bananier (mais on ne mange pas la feuille, c’est juste pour la cuisson).

DSC00666

DSC00667

L’église à côté du parc est moche comme tout, mais vous pouvez voir juste au dessus des horloges du clocher des haut parleurs … je mangerais donc mes arepas en écoutant la prière de ce début d’après midi.

DSC00671

Patate est une ville qui est notamment spécialisée dans la culture de l’avocat. On y trouve donc des d’avocatiers un peu partout, je n’aurais malheureusement pas la chance de trouver des avocats abandonnés sur le bord de la route.

La route entre Patate et Baños me semblera interminable, probablement parce que je n’ai pas pris le chemin le plus simple. Au lieu de longer la rivière, je me retrouve à grimper sur la montagne d’à côté, à passer quasiment au pied du Tungurahua … toujours en jouant aux montagnes russes. Je profite cependant des vues sur le Tungurahua pour tenter de prendre quelques photos, mais celui-ci est dans les nuages et j’aurais du mal à obtenir une photo où on y voit quelque chose

DSC00676

DSC00680

La route passe par Guadalupe (Guadeloupe en espagnol) et je découvre enfin d’où viennent une partie de tous ces poulets et œufs qu’on trouve à chaque repas dans tous les petits resto. Oui oui, la ville est parsemée d’une vingtaine de hangars dans lesquels on trouve vraisemblablement quelques milliers de poulets qui s’engraissent en se chiant les uns sur les autres, en attendant d’être mangés. Pour les dix derniers kilomètres, je suis dans le bon sens : nous sommes dimanche et tous les équatoriens rentrent chez eux après un week-end à Baños. Il y a donc des kilomètres et des kilomètres de voitures dans le sens inverse et moi je suis quasiment tout seul dans ma file. J’arrive à Baños en fin d’après-midi.

DSC00685

Baños profite de la proximité du Tungurahua, de nombreuses cascades, de sources thermales, de l’Amazonie à seulement 60km … c’est probablement l’une des villes les plus touristiques du pays et tout est organisé pour le tourisme de masse. On ne trouve ici quasiment aucun petit commerce habituel, qui sont remplacer par des hôtels, restaurants, supermarchés loueurs de vélos, motos et autres buggies, boutiques de souvenirs … Bref, ça ne donne pas trop envie de rester.

Ça tombe bien, je repars demain. Si tout se passe comme prévu, je devrais emprunter la route des cascades pour … voir les cascades bien entendu mais aussi pour descendre jusqu’à la ville de Puyo, qui est un peu la porte d’entrée de l’Amazonie. On y trouve donc un climat chaud et humide, avec la faune et la flore qui vont avec. Je devrais y passer la nuit et rentrer en bus le lendemain (oui, je suis un peu feignant 🙂 )

2 Responses

  1. NATIEZ

    Merci de nous faire partager tes aventures, c’est passionnant ! Tes photos sont magnifiques ! Nous attendons la suite avec impatience ! Bisous !

  2. Christine TETREL

    C’est vrai que l’église semble très moche, les couleurs sont assez atypiques.
    Tu vas revenir avec des mollets en béton. C’était assez prévisible que les routes soient  » pentues »
    Pour les autres photos, c’est très joli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *