Oruro

Classé dans : 3_Bolivie | 2

J128 à 131 – Vendredi 6 Novembre à Lundi 9 Novembre

Après 2 semaines passées à La Paz, il est grand temps de reprendre le départ. Le temps de boucler les sacoches, de régler quelques affaires en France, d’aller à La Poste pour envoyer le fameux colis de Noël, de discuter encore et toujours et il est déjà 18h30 lorsque je me dirige vers le terminal de bus. En effet, j’ai passé un peu plus de temps que prévu à La Paz et comme on m’a dit que la route entre La Paz et Oruro n’avait pas intérêt, je vais regagner directement un peu de temps et me remettre dans les clous du planning. En plus, cela me donnera 1 jours ou 2 pour mettre à jour le blog avant de partir.

Je prends donc le départ en bus et arrive à Oruro vers 23h30, comme toujours sans savoir où je vais dormir. Beaucoup d’hôtels sont pleins pour une fête ce week-end et je finis dans un établissement miteux.

Je profite de la journée du samedi pour finir de trier mes photos, trouver une connexion internet pour mettre à jour l’ordinateur et commencer à rédiger mes articles de blog.

Le dimanche, c’est la fête tant attendue. Il faut savoir qu’habituellement pour tout voyageur, Oruro est une ville moche et sans intérêt. Le seul intérêt est de venir pour le carnaval, en Juillet je crois. Et c’est quand même un carnaval qui envoie du lourd : c’est le plus grand évènement culturel de toute la Bolivie avec plus de 28000 danseurs et 10000 musiciens qui défilent pendant 20h. Les processions viennent de tout le pays et cet évènement a été classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 2008.

Bref, aujourd’hui, ce n’est pas encore le carnaval, mais ça doit être une répétition et il y a une quantité incroyable de danseurs et de musiciens dans les rues. Certaines fanfares comptent de 50 à 100 musiciens, autant dire que tout cela est relativement bruyant. Par contre, ils ne semblent pas avoir sortis leurs plus beaux costumes. Les spectateurs, sont relativement discrets pour un événement de cette ampleur, ils attendent sans doute le vrai carnaval pour envahir les rues.

Au cœur de chaque cortège, on trouve la fanfare.

DSC06012

DSC06016

 

A l’avant, parfois une voiture avec des décorations très originales, et parfois les enfants.

DSC06024

 

Ensuite, juste devant la fanfare, on trouve généralement une rangée de danseuses, visiblement choisies sur critères physiques, elles sont donc toutes grandes et minces. En récompense, elles ont le droit de défiler devant avec des chapeaux à plumes. En contrepartie, si tu veux faire ta belle, il faut porter des talons de 12cm. Et oui, c’est pas facile la vie !

DSC06056

 

Derrière la fanfare, on trouve un ou plusieurs groupes de danseurs ou de danseuses (oui, parcequ’entre hommes et femmes, on ne se mélange pas) et généralement, plus tu es en queue de cortège et plus tu danses mal.

Dans certains défilés, les danses sont assez simples et pas trop physiques, tandis que d’autres sautent et courent.

DSC06029

DSC06038

 

Il y en a aussi où les danseurs ont des grelots à une cheville et sont donc obligés de danser bien en rythme avec la musique. Et parfois, c’est aux musiciens de suivre les danseurs et d’avancer au pas de course tout en jouant ou encore de participer aux chorégraphies.

DSC06062

DSC06060

 

Et j’ai même vu des danseurs qui se la jouaient un peu Rabbi Jacob !

DSC06023

DSC06022

 

Je crois qu’en Bolivie, les gens aiment bien les animaux. Après les zèbres de La Paz, voici les cochons d’Oruro. Ceux-ci ont pour mission de sensibiliser les spectateurs á la propreté pour ne pas qu’ils jettent leurs déchets dans la rue. Ça part d’un bon sentiment, ils ont juste oublié que pour jeter ses déchets dans une poubelle, il faut qu’il y ait des poubelles dans les rues …

DSC06054

 

Comme pour la Mama Negra en Equateur, il y a beaucoup d’alcool, sauf qu’ici, le budget alcool ne permet visiblement pas de régaler les spectateurs et je repars totalement sobre … Ces Sud-Américains sont vraiment infatigables. A 8h ce matin, les fanfares raisonnaient déjà dans les rues. A 23h, c’est encore le cas …

2 Responses

  1. Chardot Annie

    Bonjour,
    Vous souvenez vous de notre rencontre le 24 nov dernier au milieu d’un désert bolivien?
    J’espère que tout va bien pour vous avec un vélo en état de marche après la réparation provisoire de notre chaufeur!
    J’ai 2 photos à vous transmettre, aussi merci de me communiquer votre adresse mail.
    À bientôt de vos nouvelles avec la suite de votre aventure.
    Bien à vous
    Annie Chardot

  2. photos superbes et commentaires pleins d’humour qui permettent de se dépayser agréablement depuis son salon.
    Merci encore et profite bien de ce voyage!
    merci
    Pascal

Laissez un commentaire