Machu Picchu

Classé dans : 2_Pérou | 2

J100 – Vendredi 9 Octobre

Pas le temps de se reposer, on repart dès ce matin pour le Machu Picchu. Réveil à 6h du matin pour aller prendre le bus, direction Santa Maria. Nous passons par la Vallée Sacrée et passons un col à 4300m avant de redescendre dans la vallée, jusqu’à la rivière vers 1400m d’altitude. Dans la descente, les vides en bordure de route sont vertigineux et les paysages incroyables.

Après 6h de bus, nous arrivons à Santa Maria et il est grand temps de manger. Pour poursuivre le voyage, il faut prendre une voiture jusqu’à hydro-electrica. Notre chauffeur se surnomme Chino. Mais nous le surnommerons Cheno car il semble fan de Che Guevara : cheveux long, petite barbiche, Ray-Ban, casquette militaire … Malgré la route en terre étroite et sinueuse, Cheno a une conduite très sportive et rien ne semble l’arrêter. Nous le soupçonnons d’être un chef mafieux local car tout le monde s’écarte sur son passage : voitures, colectivos, et même le rouleau compresseur et les bus. L’état de la route est d’ailleurs incroyablement mauvais alors qu’elle permet d’aller dans le principal site touristique du pays. A moins que ça soit un complot pour que les touristes prennent le train pour touristes réellement hors de prix (quelques centaines de dollars).

DSC04594

 

1h30 plus tard, nous voici à hydro-electrica. Notre prochaine destination est Aguas Calientes où nous passerons la nuit avant de monter au Machu Picchu. Et là, il n’y a plus de route, nous avons donc le choix entre prendre le train à 35 dollars ou marcher 10km le long des voies de chemin de fer pour 2h de randonnée. Comme la nuit va bientôt tomber, on y va d’un bon pas. Dans la précipitation, on n’a dû rater la sortie car nous passons par un premier tunnel, puis un 2nd tunnel avant de voir un panneau indiquant que cette route est interdite aux piétons. Mais bon, à cette heure-ci, les trains ne circulent plus.

DSC04598

DSC04597

 

On arrive à Aguas Calientes, c’est fini pour aujourd’hui. Alors que Cusco est une ville assez cher, on trouve un petit hôtel abordable et on mange au marché pour 5 Soles. Un petit tour dans la ville, on achète nos billets pour aller au Machu Picchu (ils sont plus efficaces qu’aux douanes pour lire les passeports !) et au dodo. Ici tout est propre, tout est beau et exclusivement touristique, mais je trouve qu’on se fait moins racoler qu’à Cusco.

DSC04599

 

 

J101 – Samedi 10 Octobre

Réveil à 4h15, départ à 4h50. Le pont ouvre à 5h, l’idée est de monter rapidement pour arriver avant les 1er bus et bénéficier d’un site pas trop rempli de touristes. On aurait aussi pu prendre les bus à 38$, mais ici on prend vraiment les touristes pour des vaches à lait, donc on monte à pied. Il faut compter environ 1h de marche pour monter les 400 à 500m de dénivelé positif qui séparent Aguas Calientes du Machu Picchu.

Nous arrivons au pont un peu après 5h, tous les randonneurs qui ont la même idée que nous sont déjà partis, la course est lancée. D’habitude, je ne suis pas trop du matin, mais là, étrangement, je suis dans une forme olympique, sans doute grâce à l’entrainement du Choquequirao et aussi parce que nous sommes plus bas que d’habitude. Sans vraiment m’en rendre compte, je distance rapidement Sam, Vincent et Mario, puis double au cours de la montée une bonne centaine de randonneurs, visiblement moins bien acclimatés, pour finalement arriver en haut quasiment le premier, après un peu plus de 35min d’ascension … mais 2 minutes après le 1er bus. Pas de chance ! Mais bon, de toute façon, je n’allais pas rentrer sur le site tout seul. J’attends donc Vincent, Sam et Mario, qui arrivent quasiment 30 min plus tard.

Devant l’entrée, il y a maintenant beaucoup de monde, du brouillard et très peu de visibilité. La queue avance vite et on entre assez rapidement sur le site, mais avec le brouillard, on n’y voit pas grand-chose. Heureusement, celui-ci se lève petit à petit.

DSC04606

DSC04610

DSC04613

DSC04618

 

Le site est, comme au Choquequirao, situé au niveau d’un col et est entouré de 2 montagnes : le Machu Picchu (« vieille montagne » en Quechua) qui culmine à environ 3200m et le Huayna Picchu (« jeune montagne » en Quechua) qui culmine à environ 2750m. C’est la plus grande des 2 montagnes qui a donné son nom au site, situé à un peu plus de 2400m d’altitude.

D’après les recherches archéologiques, le site aurait été l’une des résidences de l’empereur inca, ainsi qu’un sanctuaire religieux. Tout comme Choquequirao, Machu Picchu a été abandonnée lors de l’effondrement de l’empire pour une raison inconnue. D’autre part, il semble que la cité n’ait jamais été terminée. D’après Wikipédia, la ville compte 172 constructions qui s’étendent sur un rectangle de 530m de long sur 200m de large. A cela s’ajoute bien sûr de nombreuses terrasses agricoles.ç

DSC04625

DSC04630

 

On déambule quelques minutes dans les ruines, puis il est temps de grimper encore un peu car nous avons pris des tickets pour aller en haut de la montagne du Machu Picchu : 800m de dénivelé positif pour avoir une jolie vue d’ensemble sur le site. Pour grimper, il y a beaucoup de marches, c’est très raide et on grimpe doucement. A notre arrivée en haut, le brouillard s’est levé, la vue sur le Machu Picchu est sympa et sur les montagnes environnantes aussi.

DSC04647

DSC04670

DSC04687

DSC04693

 

Nous redescendons rapidement, allons faire un petit tour des ruines, quelques photos et un coucou aux lamas et il est déjà 12h30. Si on veut passer la nuit a Cusco, il est temps de partir. Avec notre ascension à la montagne Machu Picchu, nous n’avons finalement passé que peu de temps sur le site même. Si je reviens un jour, il me restera encore des choses à voir.

DSC04709

DSC04711

DSC04712

DSC04714

DSC04716

DSC04721

 

La redescente à Aguas Calientes semble un peu longue car nous avons déjà beaucoup marché aujourd’hui. Un passage rapide par l’hôtel, histoire de récupérer quelques affaires, puis on repart le long des voies de chemin de fer. Les moustiques sont particulièrement voraces et on se fait littéralement bouffer.

DSC04729

DSC04730

 

A 16h, nous arrivons à hydro-electrica. Nous avons passé un petit coup de fil à Chino pour qu’il nous ramène à Santa Maria, mais il nous a posé un lapin. Nous finissons donc dans une vieille bagnole pourrie aux pneus lisses et dont le chauffeur semble avoir trouvé son permis de conduire dans une pochette surprise. Il est lent, pas très dégourdi et s’arrête tout le temps. Nous le surnommons donc le pleutre.

Nous arrivons à Santa Maria vers 18h, et après un rapide repas, nous prenons un colectivo pour rentrer à Cusco. C’est un peu plus cher, mais un peu plus rapide que le bus. En plus, le prochain bus est dans 2h et arrive à Cusco à 2h du matin. On est tout tassé et ce n’est pas très confortable, mais à 23h, nous sommes tous couchés après ces 2 jours intenses.

2 Responses

  1. Christine TETREL

    Magnifiques photos. Cela fait rêver. Je vois que tu as quitté tes grasses matinées. C’est un rythme plus élevé que d’aller bosser. C’est dur les vacances !!

  2. Philippe Paumelle

    Le site semble assez grandiose! Magnifique
    bises

Laissez un commentaire