D’El Chalten à El Calafate

Classé dans : 5_Argentine | 0

J225 – Mercredi 2 Mars
93km ; D+ : 320m ; D- : 410m

Initialement, j’avais prévu de parcourir les 210km séparant El Chalten et El Calafate en 4 jours, mais le parcours semblant relativement plat et ayant eu le vent partiellement de dos, je vais le tenter en 3 jours.

Comme toujours, je pars un peu tard, aujourd’hui vers 11h30, j’achète donc quelques empanadas pour manger en route et ne pas m’arrêter 1h dans quelques kilomètres. 2km après la sortie de la ville, j’accède à un belvédère (ici, ils appellent ça un mirador) avec une jolie vue sur la ville et les montagnes. La route redescend ensuite pour longer de loin le Lac Viedmar. Au loin, on aperçoit même le glacier du même nom qui finit sa course dans le lac.

DSC00377

DSC00397

DSC00399

 

Le changement de végétation est saisissant. Fini les arbres et les forêts de ces derniers jours, place à la pampa : des herbes et petits buissons éparses de dépassant pas les 20cm. En fait, c’est très similaire à l’altiplano péruvien, sauf qu’au lieu d’être à 4000m, je suis à peine à 400m d’altitude, mais 4000 à 5000 km plus au Sud.

DSC00378

DSC00391

DSC00425

 

Je pédale ainsi plusieurs heures, voyant le Fitz Roy et le Cerro Torre s’éloigner dans le rétroviseur. Je profite du bon état de la route et d’un vent favorable pour avaler les kilomètres et me rend compte qu’il ne sera pas facile de trouver un coin protéger du vent pour camper dans cette pampa.

DSC00381

DSC00429

 

Après 88km de route, je retrouve la route 40, sur laquelle j’avais déjà roulé aux environs de Salta et dans la Région des Lacs. La recherche d’un spot de camping commence, d’autant plus que j’ai maintenant le vent de face. Après plusieurs tentatives infructueuses, je finis par trouver un lieu acceptable, à peu près abrité du vent et à peu près caché de la route. Je monte alors la tente et profite du coucher de soleil.

 

 

J226 – Jeudi 3 Mars
69km ; D+ : 430m ; D- : 540m

Ce matin, je pars avec un léger vent de face et un grand soleil. J’arrive assez rapidement à un mirador sur le Lac Viedmar, avec en toile de fond le Cerro Torre, le Fitz Roy et les montagnes enneigées voisines. Je poursuis ma route dans cette pampa un peu plus vallonnée qu’hier et après quelques kilomètres, le Fitz Roy disparait, définitivement.

Après une trentaine de kilomètres, j’arrive devant une vieille bâtisse abandonnée. Un ancien hôtel de couleur rose, bien connu des cyclo-voyageurs passant par ici car c’est un bon refuge pour dormir. Mais avec plus de 90km au compteur hier, j’arrive ici à l’heure du déjeuner, donc bien trop tôt pour s’arrêter dormir. Je m’y arrête tout de même pour manger et retrouve 2 cyclistes argentins qui étaient aussi à la Casa de Ciclista d’El Chalten. En repartant, je suis rejoint par Henry et Ruby, alias Kiwi and Turkey, accompagné de Sir, le chien qu’ils ont adopté en cours de route.

DSC00430

 

Je repars de ma pause déjeuner alors que le vent s’est renforcé. Je l’aurais principalement de côté et de face. Parfois de dos, mais bien trop rarement à mon goût. Je roule dans une jolie vallée, et après avoir passé une rivière, la route monte et offre un beau panorama. 20km plus tard, j’arrive devant une maison jaune au bord de la route. C’est un poste pour les employés de la voirie, qui laissent les cyclistes camper dans le jardin. Ayant prévu de faire 10km de plus, je laisse passer l’occasion de dormir à l’abri du vent avec quelques regrets.

DSC00458

 

10km plus loin, je commence à chercher un coin pour planter la tente. Le vent et assez fort, il n’y a aucun abri et je continu à rouler. J’arrive à un nouveau promontoire, avec vue sur le Lago Argentino et distingue au loin la ville d’El Calafate sur les berges du lac. C’est après encore quelques kilomètres que je me décide à m’arrêter. Je ne suis pas caché de la route, mais à peu près à l’abri du vent et de toute façon, je n’ai pas vraiment trouvé mieux depuis plus 10 derniers kilomètres. A 19h, il est largement temps de planter la tente.

DSC00438

 

 

J227 – Vendredi 4 Mars
53km ; D+ : 430m ; D- : 425m

Dernière ligne droite avant El Calafate, et non des moindres. La route en elle-même n’a rien de difficile, mais le vent fait des siennes. Dès mon réveil, il souffle. Après avoir roulé toute la matinée avec vent de face, mais surtout de côté, je m’arrête pour manger et fais la rencontre d’une famille italienne. Les parents et les 2 gamines ne semblent pas trop du matin (oui, pire que moi ^^), puisqu’à midi, ils n’ont toujours pas pris le départ ! Vous pouvez suivre leurs aventures sur http://www.happyfamilybiocycling.com, mais j’imagine que tout est écrit en italien.

DSC00473

DSC00480

 

Après manger, je ne tarde pas à rejoindre l’intersection menant à El Calafate, et c’est là que le plus dur commence : 30km avec un fort vent de face. C’est assez usant, je fais de nombreuses pauses, j’avance lentement, mais je finis tout de même par arriver, en compagnie de quelques bus de touristes.

El Calafate est plus grand qu’El Chalten, mais tout aussi touristique. Dans les rues et les campings, ça parle plus anglais, français ou allemand qu’espagnol.

Laissez un commentaire