Cuenca

Classé dans : 1_Equateur | 1

J31 – Samedi 1er Août

Il est temps de quitter cette région où il fait froid, où il y a du vent et de la pluie. Go to Cuenca !

DSC01227

DSC01241

Après un petit 500m de grimpette, c’est la grande descente, je passe de 3500m à un peu moins de 2500m (pour remonter un peu ensuite, mais pas grand-chose). Dans ces conditions, j’allonge grandement la distance parcouru et me voici presque frais après 70km de vélo.

Après une recherche infructueuse de l’office de tourisme (l’adresse fournie sur le site internet officiel me mène au bout de la ville dans un quartier pas du tout touristique, devant un immeuble fermé à 16h30 …), je me mets en quête d’un lieu pour dormir cette nuit. Comme je pensais n’arriver que dimanche, je n’ai rien prévu pour ce soir, mais à partir de demain, je suis en couch-surfing.

Cuenca est une ville sympathique. Le centre historique est assez joli, je le visiterais davantage dimanche ou lundi.

Cuenca a l’air d’une ville qui bouge, pour une fois, il y a du monde dans la rue après 19h, et même beaucoup de monde ! J’envoie donc un petit texto à Paola qui ne pouvait pas m’héberger, mais se proposait quand même de me faire visiter la ville et me voici dans mon 1er bar d’Équateur (après 1 mois, il était temps !). Niveau dépaysement, on pourrait quand même faire mieux, je finis dans un bar allemand, ambiance sous-sol parisien, qui diffuse un match de foot PSG/Lyon ^^ Mais l’ambiance est sympa.

J32 – Dimanche 2 Août

Je fête mon 1er mois de voyage.

Après un rapide tour dans la ville, je file au marché du coin pour me restaurer. J’avais envie de manger un ceviche de crevette (car en équateur, ils ne le font pas au poisson), je me retrouve finalement avec une soupe de poisson (encebollados pour ceux qui connaissent). Le vendeur a bien profiter de ma crédulité, mais bon, c’est pas mauvais quand même, pas cher, et les autres personnes à ma tables sont très sympas.

En milieu d’après-midi, j’enfourche le vélo. Carla et Carlos, qui m’hébergent en couch-surfing habitent à 4 ou 5km de Cuenca.

En cours de route, je passe devant des œuvres d’art moderne : un homme sortant d’un volcan en éruption et des petites colonnes genre colonnes de Buren.

DSC01245

DSC01246

Carla est architecte, nous en profitons donc pour discuter bâtiments et constructions.

Le dimanche, c’est le jour de la famille en Équateur. Du coup, les rues de Cuenca sont quasiment vides et ce soir, je vais manger chez la tante de Carla et Carlos (qui sont frère et sœur) et après, on passe chez les grands-parents où il y a aussi les cousins et cousines. Je n’ai pas tout compris, mais l’ambiance est très bonne, et il paraît que mon espagnol est plutôt bon.

Après ça, nous faisons rapidement le tour de la carte de la ville pour savoir ce que je dois aller visiter demain. Au-delà de la visite de la ville, l’objectif est de trouver une carte du Parque National de Cajas pour aller y randonner 1 ou 2 jours en fonction de la météo.

J33 – Lundi 3 Août

Je débute la semaine avec la visite de Cuenca. Cuenca est une ville du Sud de l’Équateur, d’environ 500 000 habitants et située à 2500m d’altitude. C’est la 3ème plus grande ville du pays, derrière Quito et Guayaquil. L’histoire de Cuenca est assez riche, puisque c’était une ville Cañaris, avant d’être conquise par les Incas, puis par les Espagnols. La ville possède un centre historique colonial très bien conservé et a été classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1999.

Mais avant de visiter, un petit tour par le marché pour manger. Je me rends compte que je ne vous ai pas encore posté de photos de marchés en Equateur, en voici donc quelques-unes. Le marché est toujours sectorisé, il y a d’un côté les fruits et légumes, de l’autre la viande et enfin le coin repas avec les spécialités locales et les jus de fruits. Pour les fruits et légumes, c’est plutôt classique. Pour la viande, il ne faut pas trop chercher les armoires réfrigérées, elles sont réservées aux produits industriels comme le jambon, le reste de la viande est posée sur l’étalage et il y a souvent la carcasse derrière si jamais tu veux un morceau qui n’a pas encore été découpé. Enfin, pour le coin repas et jus, il y a des stands avec des mixeurs où on te fait ton jus devant toi et les stands nourritures. Depuis Riobamba, l’une des spécialités, c’est le porc braisé. Il y a donc des carcasses de porc braisé sur les stands, avec la tête parce que c’est plus vendeur, et si tu vas manger sur ce stand, on te découpe un morceau sur la carcasse.

DSC01263

DSC01262

DSC01261

DSC01264

Suite à mon passage sur le marché, j’ai passé mon après-midi à arpenter le centre-ville. Rues pavées, façades coloniales, bâtiments en marbre … effectivement, c’est très beau.

DSC01259

DSC01257

DSC01280

DSC01270

DSC01268

La ville est également caractérisée par la présence de 2 cathédrales, de part et d’autre du Parc central de la ville (le Parc Calderon). En effet, avec l’extension de la ville et son enrichissement, l’ancienne cathédrale devenait trop petite et il fallait quand même un bâtiment qui soit à la hauteur de la ville. Ainsi, on fit venir un architecte allemand pour dessiner les plans et les travaux débutèrent en 1885. Cette cathédrale est caractérisée par sa toiture intégrant 3 grands dômes. La cathédrale aurait cependant due être plus haute, mais ils se sont aperçus en cours de chantier que l’archi s’était planté dans ses calculs et que les fondations étaient insuffisantes pour soutenir la structure prévue. Les travaux se sont terminés en 1975. En Equateur, Jean-Paul II est une star car c’est l’un des rares Pape à être venu.

DSC01272

DSC01248

DSC01286

DSC01253

Je ne peux m’empêcher de vous mettre une petite photo d’affiches à la sortie de la cathédrale qui m’ont bien amusé : la première demande de l’argent pour la cathédrale, la 2nde indique qu’il est préférable de tendre la main que de donner de l’argent ^^

DSC01254

Après ce petit tour de la ville, je suis passé au musée Pumapungo, dont on m’avait dit le plus grand bien, pour comprendre un peu l’historique de la ville, des Cañaris et des Incas. Si l’Équateur est un pays un peu touristique, il faut quand même chercher pour trouver (sauf à Baños où la ville est organisée pour le touriste). Bref, j’ai trouvé le jardin incas, les quelques ruines et l’espace avec les oiseaux, mais je n’ai pas trouvé le bâtiment du musée ^^ L’espace oiseau faisait franchement zoo, mais j’y ai quand même vu mes premiers perroquet. J’ai d’ailleurs appris qu’ils ne vivent pas qu’en Amazonie, mais également dans la montagne.

DSC01295

DSC01297

DSC01307

Enfin, j’ai terminé la journée par le musée du sombrero (pas les sombreros mexicains, mais c’est comme ça qu’on dit chapeau en espagnol). Le musée est réduit au stricte minimum, c’est à dire presque rien, par contre, la boutique est large et bien approvisionnée.

DSC01285

Petite cerise sur le gâteau, j’ai trouvé une carte du Parque Nacional Cajas dans l’entrée du musée que j’ai donc pris en photo au cas où.

One Response

  1. Christine TETREL

    Coucou, nous aussi, on voit des églises à tous les coins de rues, les domes ont une forme de bulbe.

Laissez un commentaire