Cajamarca, Cumbe Mayo et Otuzco

Classé dans : 2_Pérou | 1

J56 – Mercredi 26 Août

Ce matin, je pars visiter Cajamarca. Cette ville a une importance historique dans la chute de l’empire Inca, puisque c’est ici que le chef espagnol Pizarro a fait prisonnier le chef Inca Atahualpa. Atahualpa a bien vu que les espagnols étaient un peu à fond sur l’or et l’argent. Du coup, il a passé un deal avec Pizzaro : je rempli cette pièce qui me sert de prison 1 fois avec de l’or et 2 fois avec de l’argent et en échange tu me libère. Pizarro est OK, Atahualpa rempli la pièce d’or et d’argent (et autant dire que c’était quand même une grande pièce, pas un 11m2 « individuel » à Fleury Mérogis). Bref, Atahualpa rempli sa part du contrat et comme Pizarro est un gros malin, il prend la tune et zigouille quand même Atahualpa. La mort de l’empereur Inca marque le début du déclin de son empire car ils n’ont pas réussi à se trouver un autre leader et l’empire s’est un peu disloqué. Et comme Pizarro est un gros malin, il s’est marié avec la sœur d’Atahualpa (je crois), histoire de se donner une légitimité sur le territoire et de s’emparer de l’empire. Et voilà comment les Incas se sont fait avoir.

Aujourd’hui, on peut visiter la pièce dans laquelle Atahualpa a été emprisonné et qu’il a remplie d’or et d’argent. C’est probablement l’un des seuls vestiges incas présents dans la ville. Enfin, visiter est un bien grand mot, puisqu’une fois qu’on a payé l’entrée, on arrive sur un site qui fait environ 100m², avec 4 murs au milieu et c’est à peu près tout. On ne peut pas rentrer dans la chambre et il n’y a pas vraiment de panneaux explicatifs sur l’histoire de ce lieu. Bref, tout le monde y va pour dire qu’il a vu la pièce, mais en vrai, ça ne sert pas à grand-chose. Heureusement, le billet d’entrée permet aussi de visiter l’église d’à côté et quelques mini-musées du pâté de maison.

DSC02594

La ville de Cajamarca est aujourd’hui surtout marquée par l’architecture coloniale. On retrouve des bâtiments du même style que ceux de Chachapoyas, mais en plus, il y a quelques édifices plus importants qui ont été réalisées en pierre et sont encore en bon état, il s’agit notamment de la cathédrale et de 3 églises. Certaines églises ont d’ailleurs des façades en pierres sculptées assez élaborées et très bien conservées.

DSC02584

DSC02600

DSC02603

DSC02649

DSC02635

 

A Cajamarca, ils ont un peu leur Sacré Cœur à eux. Tu montes des escaliers pendant 5 à 10 minutes et en haut, tu as une église et une vue panoramique sur toute la ville. Si l’église est toute petite et ne peux pas être visitée, la vue reste sympa et les escaliers sont assez originaux, puisqu’ils alternent forme concave et forme convexe, ce qui permet de générer des paliers. Ils sont, de plus, décorés avec des petites statues, qui sont très probablement des copies de celles que l’on peut trouver sur les sites historiques situés aux environs de la ville.

DSC02613

DSC02619

DSC02617

 

Cajamarca, c’est aussi un marché de ouf. Il y a bien sur le marché central, mais en plus, toutes les rues avoisinantes sur 3 ou 4 pâtés de maisons sont remplies de stand. On y trouve vraiment de tout : fruits, légumes, viandes, poissons, vêtements, chaussures, chapeaux, paniers, meubles … J’en ai profité pour m’acheter une ceinture car je pense avoir perdu quelques kilos et depuis quelques semaines, j’ai une fâcheuse tendance à perdre un peu mon pantalon. En Equateur, ils voulaient me vendre la ceinture pour 8 dollars, ici je l’ai eu pour 8 soles, j’ai bien fais d’attendre. Enfin bon, rassurez-vous, il me reste encore un peu de gras et on ne voit toujours pas mes abdos ^^

Ici comme on a repris un peu d’altitude, il fait un peu plus frais. Du coup, les collectivos sont différents et ressemblent plus à de petites voitures à 2 roues en plastiques (autant dire que ça respire la solidité)

 

J57 – Jeudi 27 Août

Ce matin, je vais visiter Cumbe Mayo. Il s’agit d’un site naturel où les formations géologiques sont assez impressionnantes. L’érosion due à la pluie et au vent a façonné la roche pour former des piliers et des cheminées, mais aussi des formes diverses et variées où chacun y verra ce que son imagination lui dicte.

DSC02671

DSC02677

DSC02686

DSC02704

DSC02685

DSC02699

 

Certaines formes font cependant plus l’unanimité que d’autres. Parmi les photos suivantes, vous devez reconnaître l’iguane, l’éléphant, le pirate, le gorille, le condor et le lézard (mais vous avez le droit de confondre l’iguane et le lézard)

DSC02695

DSC02693

DSC02709

DSC02673

DSC02694

 

Au delà de son caractère naturel, ce site est également exceptionnel en raison des impacts engendrées par la présence de la société Cajamarquine, civilisation pré-Inca qui ne vécu pas ici, mais utilisa le lieu comme lieu de culte. Cette civilisation fut présente dans la région d’environ 1500 avant J.-C. À 1500 après J.-C., lorsque les Incas ont conquis la région, soit tout de même 3000 ans.

On trouve ainsi quelques pétroglyphes et une pierre dédiée aux sacrifices. La pierre, tout comme le temple Chachapoyas de Kuelap a une forme conique (maic cette fois dans l’autre sens). D’après le guide, cela n’est pas sans rappeler la forme des portes Incas, plus étroites en haut qu’en bas car cette forme résiste mieux aux séismes, qui sont relativement courants dans cette région montagneuse. Les incas n’auraient donc rien inventés de ce côté là.

Là où la civilisation Cajamarquine est quand même hyper balèze, c’est qu’ils ont construit un aqueduc pour amener l’eau du site à Cajamarca. Comme Cajamarca a déjà pas mal d’eau, les archéologues pensent que la construction de cet aqueduc a plus un rôle religieux que pratique. Mais figurez vous que la dénivellation de cet aqueduc n’est que de 2mm par mètre. C’est d’autant plus balèze qu’à l’époque, il n’y avait pas les instruments de mesure d’aujourd’hui, il n’y avait même pas d’outil métallique, tout a été creusé avec des pierres, en utilisant des pierres plus dures que la roche présente sur le site. Et avec ça, ils ont respecté un dénivelé extrêmement faible et tout taillé bien droit.

DSC02712

DSC02717

DSC02720

 

Il se trouve que Cumbe Mayo se trouve quasiment sur la ligne de partage des eaux entre l’Atlantique et le Pacifique. Ainsi, l’eau qui tombe à Cumbe Mayo chemine jusqu’à l’Atlantique, tandis que l’eau qui tombe à Cajamarca finie dans le Pacifique. En construisant l’aqueduc, on dit donc que cette civilisation pré-Inca a envoyé l’eau de l’Atlantique dans le Pacifique.

 

J58 – Vendredi 28 Août

Ce matin, il était quand même grand temps que j’établisse un planning un tant soit peu précis (même si je sais qu’il sera amené à évoluer en cours de route) pour savoir où j’en suis, si ma prévision initial à la louche était totalement à côté de la plaque et si je dois modifier mon rythme d’avancée ou non.
Résultat, le planning a parlé, si je continu comme ça, je vais arriver avec 5 mois de retard en Sud Patagonie. Quelques adaptations s’imposent donc et il va falloir faire des choix.

Cet après-midi, je suis allé à Otuzco. Il s’agit d’une nécropole des Cajamarquins. Tout comme les Chachapoyas, ils pensaient que les morts protégeaient les vivants et qu’il y avait une autre vie après la mort. Ainsi, eux aussi enterraient leurs morts, puis les exhumaient quelques années après, lorsqu’il n’y avait plus que des os, afin de mettre les os en lieu sûr pour la vie suivante.

Ici, les Cajamarquins sont allés creuser des alvéoles dans la roche. La parois est orientée plein Est pour qu’ils soient les premiers à recevoir les rayons du soleil (c’est une forme d’offrande) et les os étaient placés dans les alvéoles avec des offrandes sous forme de poteries et de la nourriture pour la vie ultérieure. On compte un total de 337 alvéoles, datant de 1130 avant J.-C. À 1240 après J.-C et chaque alvéole contenait entre 1 et 13 corps, ceux-ci étant très probablement rangés par famille (un peu comme un caveau familial). D’après les poteries retrouvées, il n’y avait ici que les riches de cette civilisation. D’autres sites similaires, mais plus grand ont été retrouvé plus loin de la ville et sont beaucoup plus grand, pour accueillir la plèbe, l’un des sites compte même plus de 10 000 alvéoles.

DSC02735

DSC02737

 

Comme le site n’est vraiment pas loin de Cajamarca, mais qu’il fallait quand même occuper toute l’après-midi et justifier le prix de la sortie, nous sommes également aller faire un tour dans une fromagerie et dans un jardin d’hortensias (j’ai donc eu une pensée pour tata Janine). Si le fromage de Cajamarca est nettement supérieur aux autres fromages rencontrés jusqu’ici (qui globalement ressemblent un peu à des éponges de fromage frais), ça n’a quand même rien à voir avec le fromage français qui reste largement meilleur (c’est ma minute XXX).

DSC02723

 

Sur le chemin du retour, le collectivo est tombé en panne et le chauffeur s’est arrêté à l’entrée de la ville refusant de s’intégrer dans une circulation un peu plus dense par peur que les freins fendent l’une des jantes du véhicule (enfin c’est ce que j’ai ccompris). Bref, Ingrid (qui m’avait accompagné pour cette sortie) et moi (ainsi que les autres touristes) on s’est un peu retrouvé comme deux ronds de flan sur le bord de la route. Le guide annonce alors qu’il y a de nombreux collectivo et qu’on peut les prendre pour rentrer en centre-ville, ou alors qu’on peut marcher car ce n’est pas très loin. Là où on a eu de la chance, c’est qu’on a tous les 2 compris que le guide allait nous trouver un collectivo, on a donc attendu à côté de lui. Pendant ce temps, tous les péruviens sont partis à pied ou sont montés dans les collectivos qui passaient par là. Le guide alors cru que nous étions 2 étrangers et voulant sans doute donner une bonne image de son pays (et éviter les réclamations à l’agence), il nous a payé le taxi (c’était pas la ruine non plus, en gros, ça lui a couté 1€). Parfois, cela a du bon d’être un gringo 🙂

 

J59 – Samedi 29 Août

Bon bah aujourd’hui, j’ai pas glandé grand chose. La matinée a été consacrée à tenter d’optimiser au mieux le planning pour essayer d’en faire un maximum. Il y a donc quelques kilomètres de vélo qui sont passés à la trappe et qui seront réalisés en bus, et je vais tacher de rester moins longtemps dans chaque ville de passage.

Je profite également de la journée pour préparer mon trajet jusqu’à Huaraz, faire quelques courses, acheter mon billet de bus pour faire le début du trajet et mettre à jour le blog.

Aujourd’hui, j’ai reçu un super cadeau, la maman d’Ingrid a tellement peur que j’ai froid qu’elle m’a acheté une paire de gants ! Et ça tombe particulièrement bien car je comptais en acheter une paire à Huaraz étant donné qu’après cette ville, je vais pédaler plus haut que d’habitude, les col à 4000m d’altitude arrivent petit à petit 🙂

Départ demain pour Cajabamba en espérant y trouver un second bus pour aller à Huamachuco dans la même journée. Ensuite, il me restera environ 370km de vélo pour arriver à Huaraz. Je devrais donc être une semaine sans donner de nouvelles.

  1. Christine TETREL

    Beaucoup de route en perspective, tu auras tout de même fait le 1/3 nord du Pérou en quelques semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *