Ambato

Classé dans : 1_Equateur | 2

Après avoir laissé le vélo chez Emilio pendant environ 1 semaine, le temps de me balader dans Latacunga, de randonner quelques jours autour du Quilotoa et d’aller voir le défilé de la Mama Negra …, il est grand temps de repartir pour la suite du voyage. La prochaine ville sur la carte est Ambato, à environ 35km. Le temps de se lever tranquillement, de refaire les sacoches, … je ne pars que vers 11h, heureusement, 35km, ce n’est pas très long.

Le Cotopaxi derrière moi, je continu mon avancée sur la route des volcans équatoriens. Au bout d’une heure, j’ai le Tungurahua en vue, sur ma gauche. Le Tungurahua se reconnaît aisément à sa forme conique très régulière et surtout au panache de fumée qui s’échappe parfois de son cratère. En effet, ce volcan est en éruption depuis 1999. Quelques gros épisodes éruptifs ont eu lieu entraînant des coulées de lave et des projections de fumées à plus de 10km d’altitude, mais l’activité actuelle est assez réduite. Nous avons cependant pu entendre le volcan gronder toute la nuit de vendredi à samedi (17/18 Juillet).

DSC00506

Un peu plus tard, sur ma gauche, la tête dans les nuages, le Chimborazo. Le Chimborazo n’est pas le volcan le plus connu d’Équateur, c’est pourtant le point culminant du pays avec ces 6310m d’altitude. Malgré sa hauteur relativement limitée, au regard des plus haut sommets andins et himalayens, le Chimborazo bénéficie de son emplacement quasiment à l’Équateur et de la forme un peu aplatie de la Terre au niveau des pôle, pour être le point de la planète le plus proche du soleil.

DSC00508

Quelques montées et descentes plus tard, me voici à Ambato. Ambato est une ville assez grande (200 000 à 300 000 habitants) qui a été quasi rayée de la carte par un séisme en 1949 (certains villages environnants ont même totalement disparu, « tombant » dans une faille sismique). Du coup, on trouve assez peu de bâtiments anciens. L’organisation du centre ville reste cependant globalement la même que dans toutes les autres villes que j’ai traversé jusqu’ici : 1 parc une statue de la star locale au milieu et des palmiers autours, encadré par l’hôtel de ville (ici l’hôtel de région) et l’église (ici une cathédrale toute moderne) et à proximité, les rues les plus commerçantes.

DSC00654

DSC00644

Ce soir, je passe la nuit chez Maëlle et Sylvère. Pas très équatorien comme nom me direz-vous. En effet, Maëlle et Sylvère sont des français qui se sont rencontrés en Roumanie, vivent en Équateur depuis environ 2 ans et repartent d’ici 2 mois pour aller vivre en Bulgarie. Le logement se trouve au dernier étage d’un bâtiment de 3 étages et les pièces sont réparties autour d’une cour mutualisée avec les autres habitants du bâtiment et les 2 coqs, Célestin et Jean-Philippe (ils sont pas mignons tout plein ces 2 petits poulets ?!).
Nous passerons une bonne partie de l’après midi et de la soirée à discuter. Ça fait du bien de discuter avec des français de temps en temps.

DSC00515

Le lendemain (mercredi), le beau temps n’est pas au rendez-vous (c’est le moins qu’on puisse dire, puisqu’il pleuvra toute la journée). Ma journée est donc assez peu productive. Ambato est une ville à la vie culturelle assez proche de l’inexistence, nous profitons cependant des vacances scolaires en Équateur pour assister à un ballet gratuit. Le ballet s’avérera finalement être le gala de l’école de danse locale ^^. La danse classique manque de grâce et de légèreté, mais les plus expérimentés s’en tirent quand même plutôt bien.

Vendredi, le soleil est a peu près au rendez-vous, j’en profite pour monter au Parque de la Familia. Il s’agit d’un très grand parc dominant toute la ville d’Ambato et depuis lequel on peut voir le Cotopaxi, le Tungurahua et le Chimborazo lorsque le ciel est bien dégagé. Manque de chance pour moi, le ciel est quand même un peu couvert, le Tungurahua et le Chimborazo ont la tête dans les nuages et le Cotopaxi n’est pas visible. Mais la vue reste sympa et le parc aussi. il est tellement grand que des terrains de sports y ont été aménagés, de même qu’une piste de cyclocross, une piste de motocross, des jeux pour les enfants, un camping, un centre de conférences …

DSC00627

DSC00629

DSC00630

2 Responses

  1. Philippe Paumelle

    les paysages ont l’air grandioses, c’est vraiment magnifique.

  2. Christine TETREL

    Je t’envie d’avoir cotoyé des coqs. Un peu « plumu » du bas des pattes, on dirait des chaussures.
    Les paysages sont magnifiques parfois un peu désertiques tout de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *